La crise que traverse le secteur sucrier européen est la conséquence de la fin des quotas sucriers entrée en vigueur fin 2017 et de l’accumulation de stocks de sucre dans le monde qui a eu un effet déflationniste sur les prix. L’Union Européenne a fait le choix de ne pas mettre en oeuvre de mesures d’accompagnement pour aider les sucriers européens à traverser cette période délicate, alors même que ses concurrents mondiaux bénéficient de subventions directes ou indirectes (Inde, Brésil, Thaïlande). Cette situation a impacté les résultats de Cristal Union.

Des résultats en perte nette s’expliquant par la volonté d’absorber la baisse des marchés tout en garantissant à ses adhérents une des meilleures rémunérations des acteurs sucriers français
La baisse du cours du sucre ainsi que les mauvais rendements betteraviers en France, ont affecté les résultats du Groupe qui affichent, pour la première fois, une perte nette de 99 millions d’euros sur l’exercice 2018. Cette perte nette s’explique aussi par la volonté du Groupe d’assurer la meilleure rémunération possible aux planteurs (22,85 euros la tonne de betteraves), alors que le marché rémunère autour de 17 euros la tonne actuellement. La coopérative a absorbé la majeure partie de la baisse des marchés.
La performance de Cristal Union sur les plans agricoles et industriels a été marquée par un contexte de marché difficile et par des aléas climatiques importants. Le Groupe a ainsi produit 14,7 millions de tonnes de betterave, en baisse de 17% par rapport à la campagne précédente pour un rendement moyen de 12,3 tonnes de sucre à l’hectare, en baisse de 18%.
Sur le plan financier, Cristal Union annonce un chiffre d’affaires de 1,7 milliard d’euros, en baisse de 16%. L’excèdent brut d’exploitation s’établit à 10 millions d’euros grâce à la contribution des filiales. Malgré un exercice déficitaire, le Groupe affiche une structure financière équilibré, avec un ratio dette nette sur fonds propres de 0,4x qui lui permet de faire preuve de résilience dans le contexte actuel de marché dégradé.

Un plan de restructuration à l’étude
Face à cette situation, Cristal Union a la volonté de s’organiser sur les plans économique, financier et industriel, afin de pérenniser son activité et de garantir le meilleur niveau possible de rémunération aux planteurs. Les mesures d’économies décidées l’année dernière ont représenté un gain de 50 millions d’euros en année pleine. Pour autant, elles se révèlent insuffisantes dans le contexte de crise actuel.
Cristal Union a ainsi annoncé, le 18 avril 2019, la mise à l’étude d’un projet de fermeture de deux sites sucriers – Bourdon en Auvergne et Toury en région Centre Val-de-Loire – et l’adaptation de l’atelier de conditionnement situé sur son site d’Erstein en Alsace. L’objectif du projet est de renforcer la compétitivité des autres sites de production et de leurs bassins betteraviers, – et donc de maintenir les emplois -, via l’extension de la durée des campagnes et de leurs capacités productives. Cette restructuration est limitée mais permettra de faire face à des conditions de marchés similaires à celles de cette année.

Le Groupe poursuit actuellement l’examen de son projet et est en dialogue régulier avec toutes les
parties-prenantes impliquées : planteurs, salariés, élus. Cristal Union est à l’écoute des propositions de reprise qui pourraient être faites en ce qui concerne les deux sites de Bourdon et de Toury et examinera avec soin leur viabilité économique. Les Assemblées générales de section qui se sont tenues tout au long du mois de mai ont permis au Conseil d’administration et à la Direction générale d’apporter aux planteurs toutes les explications et précisions nécessaires concernant ce projet.

Olivier de Bohan, Président du Conseil d’Administration du Groupe Cristal Union, a déclaré : « En tant que Président de Cristal Union, mais aussi en tant qu’agriculteur et coopérateur convaincu, je souhaite insister sur le fait que ces décisions me sont difficiles et pénibles, et que je partage la douleur des personnes concernées. Mais dans cette période compliquée, il en va de ma responsabilité quant aux décisions à prendre ; je suis plus que jamais déterminé à pérenniser l’activité globale de notre Groupe coopératif et rester maître de notre destin ».

Alain Commissaire, Directeur Général du Groupe Cristal Union, a déclaré : « La période difficile que
traverse le secteur sucrier européen nous a contraints à prendre des mesures nécessaires à la
pérennisation de notre activité globale. Chez Cristal Union, nous avons fait le choix de prendre les
devants pour sécuriser l’avenir et garantir à nos planteurs la meilleure rémunération possible. La
situation financière saine de notre coopérative et les opportunités qui émergent dans cette période troublée nous permettent néanmoins d’aborder l’avenir avec confiance. »

Téléchargez le CP ici : CP AG 2019

Consultez les résultats du Groupe ici :Plaquette AGS